Le danseur "optimisé". Formation intensive et bonne santé: un pas de deux contradictoire?

Camille Casale

Abstract


Cet article s’intéresse à la santé dans la formation du danseur professionnel et aux modalités d’incorporation des savoirs du corps dansant, technique et valeurs associées à la pratique. Il se fonde sur une enquête ethnographique de plusieurs mois au sein d’une école de danse française à visée professionnelle, qui a mis en place un suivi de santé du danseur et possède une structure dédiée. Cette étude vise à rendre compte des nouvelles modalités d’incorporation du métier de danseur et de la vision de la santé qui est mobilisée dans cette fabrique de l’excellence. Suite à un important travail de prévention et sensibilisation, des modifications du travail s’observent, sous influence d’un discours anatomique, pour former un danseur en bonne santé, vecteur d’optimisation des performances. L’apprentissage de la danse requiert toutefois l’incorporation de valeurs qui peuvent être en conflit avec l’intégrité physique et morale. L’étude de la construction sociale de la souffrance et de la santé dans cet espace spécifique est alors un pertinent outil pour analyser ce paradoxe.

Full Text

PDF (Français)


DOI: 10.6092/issn.2036-1599/8755

Copyright (c) 2018 Camille Casale

Creative Commons License
Quest'opera è rilasciata con una licenza Creative Commons Attribuzione-Non commerciale 3.0 Unported.